Les origines du piercing au nez

Les origines du piercing au nez

Même si le piercing au nez est très répandu en Inde, il est en réalité originaire du Moyen-Orient. C’est seulement au 16ème siècle que cette pratique aurait été introduite en Inde. Le piercing au nez semble avoir été associé à la religion Hindou elle-même.

A l’origine, les piercings au nez ont fait leur apparition lorsque les Mongols dirigeaient l’Inde. Les piercings au nez n’étaient alors pas des « anneaux » à proprement parler.
Il s’agissait d’ornements luxueux et minutieusement travaillés, représentant une petite fleur avec une tige très mince, que l’on faisait entrer dans la narine gauche, et que l’on tenait en place par une vis à l’intérieur. Ces ornements étaient parfois décorés avec de fines chaînes ou des pendentifs discrets.

Les piercings au nez étaient tout aussi bien réalisés à base d’or ou de diamants et avaient la forme d’une petite boule ou d’un disque plat doré et fleuris. Privilégiés en Occident parce qu’ils sont discrets, les piercings aux narines peuvent également être très voyants. Certains d’entre eux sont ainsi tellement ornementés de perles et autres pierres précieuses qu’ils doivent être soutenus par des fines chaînes, elles-mêmes fixées aux cheveux. Le Bulak, qui est très répandu à Madhya Pradesh, en est un exemple précis.

Piercing au nez : le plus ancien de piercings

Un des piercings les plus anciens est le piercing au nez. Il existe traditionnellement depuis des siècles. On le retrouve dans de nombreuses cultures, parmi lesquelles l’Inde et l’Afrique.

Des studs aux anneaux, portés dans la courbe de la narine ou au milieu du septum (cloison nasale entre les deux narines, à la base du nez), tous les types de piercing au nez se retrouvent dans les cultures du monde entier.
De jeunes mariées en Inde peuvent être aperçues avec un anneau d’or fleuris et relié aux boucles d’oreille, assortie de lourdes chaînes en or, elles-aussi fleuries.
Parfois les anneaux au septum sont si grands qu’ils couvrent même une partie de la bouche et peuvent alors gêner lors des repas.

On retrouve aussi des traces ou des prémisses au piercing en Amérique.
Par exemple, au sein de certaines tribus Amazoniennes très anciennes, vivant en Amazonie profonde dans des terres reculées. Les membres de ces tribus portent dans leur nez des os ou des plumes d’oiseau, par le biais de perforations agrandies au septum. Ainsi, ils ornent leur visage pour l’embellir.

Et chez les animaux ?

Étrangement, les veaux ont également une prédisposition à porter des anneaux de nez. Cependant, le but n’est pas ici esthétique mais bien d’aider le petit veau à grandir. Il est traditionnellement utilisé pour sevrer efficacement le veau. L’anneau de nez va interférer dans le processus d’alimentation de celui-ci en le gênant et provoquer une frustration de sa part. Quand cette frustration se reproduit à répétition (à chaque repas), le veau s’habitue à l’idée de ne pas pouvoir s’alimenter grâce à sa mère : son sevrage est ainsi effectué, mais sans passer par le traumatisme de la séparation.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.