By 

Le piercing, symbole d’identité


Aux yeux de tous.

2013, le piercing, bien que démocratisé, reste tabou. Que se soit ce soit chez les chrétiens (« le corps appartient à Dieu »), les grandes enseignes, ou encore aux yeux de Monsieur Tout-le-monde, porter un piercing est un signe de marginalité, voire carrément de débauche. Pourtant l’approche varie en fonction des sociétés, et si l’on s’aventure en Inde ou dans grands nombres de tribus, c’est une marque de noblesse, et nous passerons outre les diverses modifications corporelles bien plus poussées qui vont au-delà du stade de tabou, étant même dans certains pays interdites par la loi. En effet, en Angleterre certaines sont apparentées à de la torture.
L’Homme est libre, en tout cas sur le papier, car un simple trou dans la chaire peut suffire à en faire un paria.

Mon corps, ma chaire.

Le piercing est néanmoins l’un des derniers remparts (avec le tatouage) permettant de d’apprécier sa liberté. Je fais ce que je veux avec mon corps signifie que je le possède. Il est même très fréquent que des personnes abusées sexuellement aient recourt ensuite au piercing afin de pouvoir retrouver une sensation de contrôle. Au-delà de ça, le piercing rejoint dans le fond le transhumanisme, concept visant à améliorer le corps humain en usant de technologies et dérivés, sommet de l’épanouissement personnel. Certes le piercing ne vous rendra pas plus intelligent ou performant (quoique sexuellement il pourra apporter beaucoup), mais il fera de vous l’être que vous êtes dans votre tête, d’où également l’intérêt de se faire percer en fonction de ses goûts et non pour ressembler à quelqu’un d’autre.

Hétéronormalité.

Le piercing est une arme, même si à première vu il ne parait bien offensif. C’est une arme socio-politique visant à faire s’effondrer la barrière hommes/femmes, appelée hétéronormalité. L’hétéronormalité est ce que la société veut imposer, à savoir des hommes aux cheveux courts, en costume, évidemment sans piercing, et de l’autre côté des femmes aux cheveux longs, en robe, et arborant de belles boucles d’oreilles.
Le piercing, d’abord favori du public gay, est devenu l’arme de populations qui ne veulent plus de cette codification, que les personnes soient homosexuelles, hétérosexuelles ou bisexuelles. Il répond à un besoin d’égalité, faire s’effondrer toutes formes de sexisme et homophobie, bref recouvrer une liberté et abandonner une mode de vie bien établi et pourtant poussiéreux.

oxring
About me

1 Comments

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *