By 

Le piercing, star de l’écran !


Le piercing a toujours eu une part importante dans le cinéma, mais souvent que comme accessoire décoratif et non comme objet crucial. Pourtant certains films lui ont offert une place de choix. Retour sur un objet culte.

vegito018Les plus jeunes d’entre-vous n’ont peut-être pas connu Dragon Ball Z, série animée ayant connu un fort succès dans les années 80/90. Les héros, afin de décupler leurs pouvoirs, fusionnaient grâce à une petite danse que nous avons tous répété durant nos jeunes années. L’évolution de la fusion voulut que la danse soit remplacée par deux boucles d’oreilles, qui portées permettaient aux personnages de faire une fusion parfaite. Quoi de plus symbolique que cette utilisation ?

breakfast-clubL’objet était aussi celui du mauvais garçon dans Breakfast Club, Bender, qui arborait ses piercings comme marque de rébellion. Ce qui reste le plus mémorable dans ce film est le final, où sa petite amie, Claire, lui offre une de ses boucles d’oreilles, qu’il s’empresse de porter. Un moment fort en émotion, clou d’un film générationnel et sublime.

The Hot ChickLe piercing s’invite même parfois à l’occulte, et c’est le trublion Rob Schneider, interprétant un voleur un peu idiot, qui subtilise la boucle d’oreille d’une bimbo écervelée sans savoir que cela va… échanger leurs corps ! Inutile de préciser que tout cela ne vole pas très haut, que l’idée est simpliste, mais difficile de ne pas rire aux éclats devant cette farce rocambolesque.

Crazy-DadEncore une fois la comédie s’est appropriée cet objet avec Crazy Dad, interprété par un autre trublion, Adam Sandler, jouant un père complètement immature. Immature au point d’offrir un piercing à son fils qui n’a pas les oreilles percées. Qu’à cela ne tienne ! On désinfecte à la Budweiser et on rentre le piercing de force ! Un moment aussi sanglant que désopilant, pour le plus grand bonheur du public !

Un autre piercing qui restera dans les mémoires est celui de Watchmen, qu’aura offert le Docteur Manhattan à sa compagne, arborant le symbole du super héros. D’une intention romantique le cadeau interpelle le spectateur qui a un peu l’impression qu’il veut en faire sa propriété. C’est comme si Superman offrait à Lois un t-shirt « I LOVE SUPERMAN ». Reste néanmoins que l’objet culte aura évidemment été fait en produit dérivé, comme le badge du Comédien, car c’est le genre de goodies que l’on réclame tous.

La-jeune-fille-a-la-perlePour finir sur une note purement artistique, car le piercing c’est évidemment un art, nous conclurons avec celui qui est assurément le plus connu en peinture, La jeune fille à la perle, adapté au cinéma sous le même nom. L’histoire narre la relation ambiguë entre le peintre Johannes Vermeer et sa jeune servante, Griet, d’une sensibilité et d’une douceur qui en feront la muse de l’artiste. Il immortalisera Griet en la peignant, arborant une boucle ornée d’une perle, reflétant l’environnement d’une façon atteignant un réalisme unique, se mélangeant intelligemment à la beauté de Griet, ne la lui volant pas, mais la complétant, prouvant bien l’intérêt que peut avoir une boucle bien choisie.

oxring
About me

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *